Témoignages

 

Sabine - 45 ans - Une des expériences les plus marquantes et fondatrices jamais vécues...

C’est sans intention, sans attente, sans même une idée que je me suis inscrite au stage de respiration holotropique de 5 jours à Cobonne.
Néanmoins, je suis des stages de Yi Jing avec Pierre et j’y suis allée avec confiance et curiosité. Bien certaine, quand même, que rien ne m’arriverait « vraiment ». En réalité, ce stage a été une des expériences les plus marquantes et fondatrices que j’ai vécues.
Moi qui suis plutôt « cérébrale », j’ai découvert le pouvoir du corps. Je suis allée où mon inconscient me guidait, vers de profondes blessures, tranquillement, et consciente du chemin de guérison.
Depuis, je ressens comme un vent très doux qui s’infiltrerait dans la plupart des aspects de ma vie. C’est une sorte de changement profond dont je ne sais pas s’il est perceptible encore par autrui, mais que je sens réel.
Cette expérience n’a pu se faire que grâce à la sensation d’être en totale sécurité, accompagnée par 4 professionnels présents à chaque instant, compétents et complémentaires, complices. Avec leur bienveillance, leur incroyable intuition, et leur imagination, ils nous ont amené chaque jours un peu plus loin sur le chemin. De surprise en découverte, ils nous ont fait faire un beau voyage. Je leur en reste très reconnaissante.

Eric - 48 ans - J'ai pleinement vécu la sensation de nourrir mon corps...

J’ai découvert la respiration holotropique au cours d’un stage de 5 jours dont je garde avant tout le souvenir d’un accueil et d’un accompagnement humain exceptionnel, fait d’écoute, de bienveillance, d’attention et de respect.
La confiance que les accompagnants, Caroline, Christine Pierre et Nicolas ont su installer au sein du groupe a fait de ces quelques jours un moment de partage et d’ouverture rare et précieux.
C’est donc dans des conditions de tranquillité d’esprit et de sécurité que j’ai vécu une première respiration accompagné d’une des participantes au stage. Le premier voyage m’a permis de libérer de très anciennes douleurs et un chagrin que j’ai pu exprimer sans retenue. Consolé par mes accompagnants, j’ai pu dépasser cette tristesse et enfin poser de fardeau.
La liberté intérieure ressentie à l’occasion des 2 séances a permis également de vivre pleinement le mouvement de l’énergie dans mon corps, une première fois en tension une seconde fois de façon plus harmonieuse. J’ai pleinement vécu la sensation de nourrir mon corps des énergies environnantes à l’occasion d’un voyage porté par les musiques de la séance.
C’est donc avec la certitude à la fois d’avoir dépassé un de mes plus anciens et plus profonds traumatismes et de m’être reconnecté aux forces énergétiques que je suis sorti de ce séjour, accompagné aussi par les tirages de Yi Jing, assurés par Pierre, qui m’ont également éclairé sur le sens des évènements que je vivais.

Gilles - 42 ans - L'impression de laisser des choses, sentir que je m'apaise...

Pendant les respirations holotropiques, j’ai eu de nombreuses images ou j’étais comme dans TRUEMAN SHOW, sur mon bateau à lutter, avancer et enfin crever ce monde factice… Une sensation dans tout le corps de bien être, de douceur, et une plénitude jamais ressentie,  avec les vibrations dans mes deux mains qui continuaient, qui inondaient mon corps et qui petit à petit se sont estompées.

Quel moment intense de sentir son énergie de vie à ce niveau là ! Je sais que sans les différentes respirations holotropiques faites avant et qui m’ont permises de débloquer des choses,  je n’aurais jamais vécu cela… Je suis en vie …Tout simplement …Et avec des ressentis, choses qui m’étaient inconnues auparavant !

Quelle révélation à moi-même, là, à cet instant même de ma vie … et de prendre conscience… et de sentir maintenant quelle sérénité j’ai gagné…
L’impression à chaque séance de respiration de laisser des choses, sans forcement y mettre toujours de la conscience, mais sur le fond, sentir que je m’apaise, que je me recentre, et que je gagne petit à petit « mon essentiel »…
On arrive simplement à sa place, là ou l’on doit être, et tout cela partagé avec un groupe d’inconnus nous aidant volontairement ou non, à vivre tout cela. Quelle richesse d’ECHANGE et d’AMOUR.

Merci pour ces fabuleux voyages et expériences, ou il suffit de se faire confiance… tout est en nous et vous êtes là, vous thérapeutes, pour nous accompagner et nous permettre d’aller en toute sécurité, là ou nous devons avancer…. c’est juste fabuleux.
Encore merci à TOUTES et TOUS et à bientôt.

Catherine - 52 ans - Tout à coup je perçois quelque chose...

Dans la deuxième partie de la respiration, le corps se calme sur l’incitation de musiques plus douces, moins rythmées. Je suis presque immobile , ma main droite dans celle d’Eric, mon accompagnant. Tout à coup, je perçois quelque chose au bout de ma main gauche, un contact inconnu : les doigts de Caroline ? Je tâtonne, légèrement intriguée par la chaleur de ce contact. Je comprends que c’est un visage qui est venu se poser là, avec la légèreté d’un papillon. Je pars à sa découverte du bout des doigts. Le visage ne recule pas. Il s’offre au contraire, comme s’il avait perçu mon intention. Je lâche la main d’Eric et pars en exploration tactile des courbes de ce visage, avec une curiosité mêlée du plaisir de tant de douceur.
C’est Caroline qui me fait le don de ses volumes. Je n’en finis plus de lui caresser le visage, d’en éprouver les vallées et les collines, comme un aveugle ou comme un sculpteur qui lisserait le modelé des paupières, des ailes du nez ou de l’arcade sourcilière. Caroline s’abandonne, apprécie, c’est un moment merveilleux.
Comment pouvait-elle savoir ?
Il y a quelques mois, j’ai traversé un passage très difficile qui avait attiré la Grande Faucheuse à ma porte, et m’avait menée jusqu’à la tentation de lui ouvrir les bras. Quand j’étais sortie de ces eaux troubles, j’avais senti émerger puis fleurir une confiance toute neuve ; et le besoin d’exprimer la tendresse en moi s’était manifestée dans un désir intense de caresser les visages m’inspirant de l’affection. À cause de mon métier peut-être, et des élans qu’engendrent certains enfants en mal de quelque chose. Ce besoin grandissait, gonflait mais restait là, figé au bout de mes doigts, qui ne palpaient que du vide. Ça formait une béance au creux de mon ventre, parfois douloureuse.
Puis le hasard (ou autre chose) m’a offert, un soir, un moment d’intimité partagée. Alors mes mains s’étaient libérées. Elles avaient effleuré, caressé puis redessiné chaque parcelle du visage offert ; longtemps, très longtemps, jusqu’aux larmes, puis l’apaisement. Depuis, je me sens habitée par une quiétude souriante, comme si en me vidant d’un trop plein de tendresse, je m’en étais abreuvée.
Ce désir est toujours en moi, vivace, et malgré la frustration qu’il engendre parfois, je crois qu’il attire vers moi tous les velours.
Par quelle intuition céleste, Caroline est-elle venue me faire ce cadeau ?
Une immense gratitude est montée en moi, qui demeure encore aujourd’hui. Merci Caroline. Merci pour ta générosité, ton abandon, ta confiance et ta merveilleuse intuition tout en douceur.

Christine - 46 ans - Itinéraire sur plusieurs sémninaire de RH...

Ma démarche thérapeutique m’a conduit à la respiration holotropique.
Les séances de respirations associées aux entretiens favorisent les prises de conscience et me semble-t-il, l’avancée de ma thérapie.
Cette année, plusieurs respirations au programme …. « holotropique » (aller vers le tout)
Être une tigresse ou un piano, le temps de goûter de merveilleuses sensations. Revivre des naissances à moi-même, (re)traverser mes anciennes vies, régresser et trouver l’apaisement de mes manques dans les bras d’un autre être humain, qui accompagne, qui prend soin, est présent.
La totale bienveillance du groupe, le cadre confidentiel des échanges, permettent de s’engager en confiance dans la respiration, de s’emporter soi-même vers notre cœur à corps,
libéré pour un temps de notre égo si prompt à tout contrôler.
« A chaque respiration, on a le choix »
« l’ajustement créateur » de notre corps pour nous montrer ce que nous nous cachons dans un état de conscience ordinaire.
Ouverture, élargissement de conscience, état modifié …
 il y a aussi de la place pour d’autres perceptions, pour que notre cœur se connecte directement à l’âme sans passer par le mental.
Accepter ce qui est, dans l’instant.
Accueillir le soudain saisissable,
Prendre de la hauteur et tenter d’effleurer les étoiles …

Ah … si je vous disais TOUT !

Monique - 50 ans - Cette première RH fut un très beau retour à moi-même...

Pourtant, le début du voyage a démarré par les larmes, dont je n’avais pas le sens au début : pourquoi ces larmes ?

Puis j’ai compris : retour à l’enfant mélancolique, retour à l’enfant en mal d’amour en moi, l’enfant qui ne croit plus en l’amour, l’enfant qui ne croît plus par amour, l’enfant qui ne se reconnaît plus, l’enfant qui attendait qu’on ou plutôt que je le reconnaisse… division entre nous : cet enfant que j’ai été, que j’ai refoulé et voulu oublier.

Oui, il a fait partie, il fait partie de ma vie, il est moi  : il est plus juste que je l’accueille et qu’ensemble on chemine plutôt que de le nier, me nier, nous nier…

bref,pleurs, mouchage +++ : y ai-je soigné la sinusite qui traînait depuis quelques semaines ??? en tout cas c’est mieux maintenant. A un moment donné, j’ai senti des bras enveloppants autour de moi ; ceux de mon accompagnatrice et ceux de Nicolas. Merci à eux car ce fut doux, vraiment doux puis éveilleur !!!

Isabelle – 51 ans – Le temps disparaît, ma conscience est là…

Lorsque je suis arrivée sur le lieu du stage, j’ai de suite senti que l’ambiance de ce lieu était tranquille, loin de toute agitation, donc propice à l’expérience proposée. Nous étions 4 participants dont une jeune femme qui avait déjà participé à un stage précédemment ainsi que 2 thérapeutes pour nous encadrer. Je me suis donc dit « si elle revient, c’est qu’elle y a trouvé du positif ! » Voilà qui avait de quoi me réconforter…
Dans mon parcours de vie, j’ai beaucoup cherché, en vérité, comment m’améliorer et comment apporter aux autres le meilleur de moi-même. Le chemin ardu que j’ai parcouru est passé par divers chemins : psychologiques avec une psychothérapie, spirituels en m’intéressant aux différentes traditions ésotériques sur la planète. Je sens pourtant au fond de moi la présence de blocages qui entravent encore ma liberté, et c’est ce que je suis venue chercher dans la respiration holotropique.

De nature plutôt audacieuse, je me demandais tout de même comment j’allais traverser ce qui m’était proposé…Le petit groupe s’est assez vite constitué, la confiance s’est donc rapidement installée…Plus le temps de préparation avançait, plus nous nous rapprochions de la première respiration, et plus l’envie de la réaliser prenait forme en moi.

Allongée confortablement sur le matelas, le processus commence…La respiration alliée à la musique me transportent rapidement. Le temps disparaît, ma conscience est là, mais mes pensées s’envolent…De mystérieuses forces envahissent mon corps m’embrasant d’un feu vibratoire d’une stupéfiante réalité. Je deviens le jeu de forces inconscientes qui me bousculent, m’enflamment, me dégoûtent, me ravissent, m’élèvent…Tout mon corps entre en lutte, libérant ainsi une incroyable énergie…Pendant un temps infini, je suis envahi de spasmes et de vagues d’une puissance phénoménales…
Puis, lentement, le retour au calme revient, m’envahissant d’une immense gratitude, je remercie intérieurement l’invisible de m’avoir accompagné dans cette libération. J’ai le sentiment d’avoir reçu un très beau cadeau, un souffle de vie supplémentaire, une confiance redonnée…Je reviens doucement à la réalité de la pièce, mon visage a rajeuni de 10 ans, je me suis rassérénée…

Lors de la seconde respiration du lendemain, les forces invisibles se sont présentées de nouveau, de façon un peu moins violente. Je me suis retrouvée fœtus dans le ventre de ma mère, je réalisais avec horreur que je n’étais pas désirée et je ne voulais pas naître…J’ai hurlé de détresse, pendant que 2 accompagnateurs m’ont entouré de toute leur attention, j’ai senti une aide indispensable pour passer cette épreuve…

Puis j’ai pris la place d’accompagnateur. Ce fut une drôle de découverte, je réalisais que le respirant est vraiment en circuit avec lui-même. J’étais attentive à ces réactions, ses besoins du moment, je sentais ses émotions la traverser, c’était très émouvant et son vécu beaucoup plus calme que le mien..

Le temps du mandala était aussi un temps fort, chacun en concentré à réaliser son dessin dans un plaisir non contenu.

Nous nous sommes quittés le dimanche en fin d’après midi, j’étais très fatiguée. Dans les jours qui suivirent, je continuais à vomir et mon crâne était comme écrasé dans une migraine persistante. Tout mon corps était une douleur complète, des pieds à la tête…Malgré ces symptômes persistants, j’avais confiance dans le processus et je savais que progressivement tout allait entrer en ordre. Au bout de quelques jours, la douleur est partie, j’ai retrouvé l’appétit. Je me sens aujourd’hui régénérée, calme et sereine, comme si j’avais pris une vraie hauteur par rapport au quotidien, à la fois plus dedans, et plus détachée…

J’ai osé, j’ai participé, j’ai évolué, alors merci à Caroline et Nicolas !

Sylvie – 54 ans - J’ai été connectée aux autres et au monde…

Je n’ai pas voulu trop songer à cette expérience avant le séminaire car je ne voulais pas me faire de fausses représentations et appréhender cette expérience. J’ai essayé d’être ouverte à cette nouvelle expérience. Mon appréhension était au niveau de cette hyperventilation que j’imaginais et la peur de perdre conscience.

La gestion du groupe et la mise en confiance du groupe a été importante car un climat est né rapidement grâce aux exercices proposés et à la complicité des 2 intervenants, ce qui fait que lorsque on s’est installé pour la respire, j’étais confiante.
Cette 1ère respire a été bouleversante : j’ai été connectée aux autres et au monde d’une façon privilégiée et profonde. J’ai sentie l’énergie circuler en moi et me suis sentie relier au tout. J’ai été ravie, très heureuse, rassurée. Je n’avais qu’une envie, c’était de recommencer.

Pascal – 49 ans - Un voyage corporel à l’aide de la respiration…

Depuis peu j’ai décidé de tenter des expériences plus corporelles.
Une amie m’a parlé de la respiration holotropique.
Le nom m’interpelle et en même temps je suis avec une certaine méfiance. La peur de l’inconnu n’est jamais loin chez moi.
Ma curiosité et la description faite par mon amie m’engage à explorer plus avant.
Quelle idée ai-je de ce qui m’attend ?
Je sais que l’on va partir dans un voyage corporel à l’aide de la respiration.
Je suis curieux et en même temps un peu septique sur ma capacité à « décoller » simplement par cette technique.
Dans cette première séquence, nous sommes tous plongés dans la pénombre, les yeux bandés, prêts à suivre les indications.
La petite taille du groupe nous permet d’être tous préparés pour un voyage, guidés par les deux accompagnants.
Le début de la séance dans une relaxation me laisse espérer un doux voyage. Le souffle s’accélère, j’ai du mal à respirer de façon intense, mais je ne veux pas arrêter comme ça.
La musique commence et je me sens envahit par le son trop fort. Le souffle se régule enfin et je n’y pense plus. C’est devenu un automatisme.
Le décollage est presque immédiat après cette phase de forte poussée.
A ma grande surprise, je ressens de la tristesse et des pleurs viennent. Toute cette phase me fait vivre un sentiment d’enfermement. Puis vient le moment de l’envol : je vois des choses incroyables, des auras d’énergie qui montent dans un espace rempli de galaxies.
La musique a changé de cadence plusieurs fois et je finis le voyage par un atterrissage en douceur.
Je ressors fatigué, surpris de ce que j’ai vécu mais enthousiaste pour ce premier voyage.

Nadège - 31 ans - Je me laissais vivre l’expérience qui se présentait à moi en lâchant prise…

Quand j’ai commencé la respiration holotropique en groupe, j’avais confiance en ma thérapeute, je savais que cela allait me faire avancer dans mon développement personnel mais j’avais des peurs, notamment celle de parler de moi, de mes problèmes et de mes ressentis à des inconnus.
Ces peurs se sont évanouies rapidement car le cadre est protecteur, sécurisant et les participants sans aucun jugement envers les autres.

Le fait d’avoir pu m’exprimer et surtout d’avoir été entendue et comprise par les participants du stage m’a grandement libérée. J’avoue que je ne m’attendais pas à une telle puissance, une telle force dans le résultat.

J’ai été surprise et touchée de la bonne énergie, de l’amour, du partage, du respect et de la protection des participants autant que des accompagnants. Pendant le week-end, j’étais hors du temps, déconnectée du quotidien, centrée sur moi, mes ressentis, mes sensations physiques. Me donner ce temps pendant un week-end m’a beaucoup apporté et m’a rapprochée de moi.

La première fois que j’ai assistée à un week-end de respiration holotropique, je n’avais aucune idée où cela allait me mener ou ce que j’allais vivre mais je n’imaginais pas une telle puissance. Et les autres fois, même si je venais avec une idée précise de ce que je recherchais, je me laissais vivre l’expérience qui se présentait à moi en lâchant prise, me laissant guider par mon corps.

La présence et la force du groupe a été importante pour moi à chaque fois que ce soit en tant que respirant ou accompagnant.
Les autres accompagnants ont toujours eu des paroles et des gestes justes, bons et respectueux entrant souvent en résonance avec mon histoire. Cela a été pour moi d’un grand réconfort en même temps qu’une grande puissance de libération.

C’est difficilement exprimable, mais je dirais que je suis parvenue à sortir une partie de la tristesse, la colère qui était en moi depuis longtemps. Et j’ai pu ressentir de puissantes énergies me traverser, expulser beaucoup d’émotions bloquées et j’ai sentie une certaine connexion intérieure, à l’enfant que j’étais et la femme que je suis.
Je me suis sentie vivante, profondément humaine comme si les choses reprenaient naturellement leur place.
Ma vie a été plutôt difficile mais aujourd’hui je me sens enfin épanouie.

Le rôle d’accompagnant est tout aussi bouleversant, faire attention à l’autre, être là pour lui dans un cadre protecteur sans jugement. Le vécu de l’autre pendant sa respire m’a mis face à ma capacité à écouter l’autre dans sa détresse et à trouver quoi faire pour l’aider sans entraver le processus.
J’ai été stupéfaite de voir que des affinités pouvaient se créer entre participants sans que le mental intervienne, juste une affaire d’énergie, d’émotions.

Pour moi le retour au quotidien a été assez difficile la 1ère fois, chez moi je me suis sentie seule, déboussolée et tellement fragile je n’avais qu’une seule envie retourner faire un week-end de respire pour revivre ce cocon entouré d’amour, de sécurité et pour agir et m’exprimer librement sans me sentir jugée mais au contraire encouragée et comprise.

Ce fut une expérience enrichissante. J’ai l’impression d’avoir abouti à quelque chose, à une finalité. J’ai redécouvert les joies de vivre, le bonheur et surtout je me suis ancrée en moi, je me suis rencontrée moi.
Je me suis réellement sentie naître à la vie, animée d’une énergie totalement nouvelle.

Nina – 49 ans - J’ai vécu en conscience des moments intenses et revécu certains passages de ma vie…

Allongée sur un matelas,  Caroline m’a expliqué le déroulement de la séance à venir. Après un temps de détente et de relaxation, elle m’invita à pratiquer simplement une respiration plus ample et rapide pour amener l’hyperventilation. Sans interrompre ou intervenir dans le processus, Caroline assure une indispensable présence, et tout au long de la séance, elle demeura à mes côtés dans la salle.
La musique commença et une multitude d’images surgirent, j’ai vécu, en conscience des moments intenses, et revécu certains passages de ma vie : des images de ma naissance, des moments forts de mes accouchements, des paysages merveilleux, des moments de grande émotions avec les gens que j’aime, mes proches. J’ai souri, ri, éclaté de rire, pleuré.
Le mieux est d’accueillir ce qui émerge, sans trop analyser les « secrets » que l’inconscient vous délivre.
Pour ma part, en séance individuelle, ce « voyage » a duré une heure. Les sensations et les images, aidées par le rythme rapide et profond de la musique, m’ont amené dans des espaces très divers et variés.